PASSION LYRIQUE

Hommage à Michèle HERBÉ

Mardi 26 août - 21h00
Eglise Notre Dame - Marmande

4 d'artistes Lyriques (NN)
Jean Marc Fontana - Pianiste
Chœur du Festival – Direction Marie Claire Mestres


Enfant de la balle, entre un père Régisseur Général au Théâtre du Châtelet et une mère Artiste Lyrique, la vocation de Michèle Herbé ne pouvait que s'éveiller rapidement. Après trois premiers prix au Conservatoire National de Paris, elle est engagée à l'Opéra. Elle y est la merveilleuse interprète des grands premiers rôles : Madame Butterfly, La Tosca, La Bohème, Lulu, Madame Angot, ses premiers pas dans l'opérette, elle est à la fois l'une des plus jeunes et des plus talentueuses Mademoiselle Lange. Puis ce sont les grandes scènes françaises : Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, puis étrangères : Liceu de Barcelone, Opéra de Genève, Bruxelles, Wallonie, Karlsruhe, Montréal. Les télévisions : Antenne 2, RTB de Bruxelles, BBC de Londres, etc... Elle est la créatrice de La Parisienne au Théâtre de Tours et du rôle d'Hortence Schneider dans les Folies Parisiennes à Rouen. Michèle Herbé est Chevalier Arts et Lettres.

Au disque, elle grave les plus belles pages de Léhar, Lecocq, Strauss, Ledru, Offenbach. Infatigable, elle est également Directrice Artistique de la saison lyrique des Théâtres Champagne et Madeleine à Troyes, en collaboration avec Emmanuel Marfoglia. Ses mises en scène, tant en France qu'à l'étranger, permettent à Michèle Herbé de nous faire apprécier une autre des multiples facettes de son talent. En 1995, Michèle Herbé devient la Conseillère Artistique du Festival Lyrique en Marmandais, et le metteur en scène des ouvrages produits.

A ce poste elle crée plus de trente ouvrages (opéras, opérettes) et contribue largement à démocratiser l'art lyrique; art qui appartient au grand public, comme un patrimoine à la fois précieux et fragile.

Sa générosité, son talent, son énergie, auront marqué définitivement notre Festival.

Quelques mois après sa disparition, un bouquet d'artistes, les choeurs du festival évoqueront la carrière et la personnalité, à la fois proche et lumineuse, de Michèle Herbé, dans un hommage musical.

 

hommage herbe

     
     


<<< Retour

DUO «ACHIARY - de EZCURRA»

«L’âme vivante du Pays Basque»

Lundi 25 août - 21h30
Eglise Notre Dame - Fourques sur Garonne

Au cœur de ce duo, nous trouvons, comme source d’inspiration, les chants traditionnels du Pays-Basque, débarrassés de tout ce que l’habitude a pu parfois polir, renaissant en mélodies sensibles à l’extrême, suspendues et sauvages…

Les poètes, José Antonio Artze, Bernardo Atxaga, Henriette Aire nourrissent des compositions puissantes, aux couleurs moirées ou vives… où passent les figures de Colette Magny, de Jeff Buckley, ainsi que l’ange du Fado.

 

achiary_ezcurra

 

Beñat ACHIARY - Chanteur, improvisateur vocal.

Né dans les Pyrénées Atlantiques, c’est après des études à Bordeaux, qu’il retourne au pays ou dès les années 80 son engagement artistique est total. A cette époque le chant basque est très militant, mais Beñat embrasse plus singulièrement la poésie. Après plusieurs aventures artistiques on le retrouve au sein de la Compagnie Lubat, à Uzeste, où il est incontournable et joute avec les plus grands comme le saxophoniste et clarinettiste Michel Portal et Bernard Lubat. Les rencontres se multiplient grâce au Festival de Chantenay dirigé par Jean Rochard où il côtoie la crème des improvisateurs européens et américains, le pianiste allemand Ulrich Gumpert et le batteur anglais David Holmes, le clarinettiste Alan Hacker, le tromboniste Georges Lewis…

En 1995, il crée avec son épouse, le festival à Itxassu : Errobiko Estibala. Festival de rencontres et de créations contemporaines, festival généraliste qui laisse autant la place aux arts plastiques qu’aux débats de sociétés, à la poésie, au chant et à la musique. Il n’hésite pas à se tourner vers la jeune génération : rencontre avec les pianistes Morgan Roussel, Michel Queuille, des rappeurs, Etage 34, Free rock avec Dominique Répécaud et le batteur Didier Koskowitz…

 

Philippe de EZCURRA - Accordéon

Il débute l’accordéon dés l’âge de 9 ans à Urrugne avec Roger Luciaga. Dès 1993 il travaille avec Myriam Bonnin à Orsay où il étudie l’accordéon de concert et obtient son premier prix en 1996 ainsi que son prix de musique de chambre. Parallèlement à Bayonne, il obtient le premier prix d’analyse musicale et d’écriture. En 1997, au concours organisé par l’U.N.A.F, il reçoit le prix du Président de la République dans la catégorie excellence, et obtient la quatrième place au concours international d’accordéon classique d’Arrasate Mondragon (Pays Basque Espagnol). Il travaille au conservatoire de Toulouse la pédagogie, et obtient son diplôme d’Etat de professeur d’accordéon. Il continue de se perfectionner avec : F.Lips (Moscou), Matti Rantanen (finlande) W.Semionov et plus particulièrement avec le maître Yougoslave Wladimir Tomic, à l’académie de Kragujevac.

Professeur au CNR de Bayonne, à l’Ecole de musique de Tarnos et à Hasparren, son activité musicale est très variée : carrière de soliste : invitée à Barcelone ou Sarragosse, il joue avec des ensembles, l’OBCB de Bayonne, le chœur de Toulouse ou dernièrement dans un opéra contemporain de Thomas Adés à l’opéra théâtre de Metz, où l’accordéon tient un rôle de soliste. Entre musique traditionnelle et improvisée il forme un trio avec Benat Achiary et Claude Tchamitchian, il accompagne aussi les chanteurs Jojo eta Ramuntxo ou Magali Zubillaga

19h30 – REPAS au FARNIENTE FOURQUAIS
RESERVATION UNIQUEMENT au 06 73 81 47 96


<<< Retour

LA FLUTE ENCHANTEE

Opéra en deux actes
Musique de Wolfgang Amadeus MOZART
Livret de Emanuel Schikaneder

Samedi 23 août - 20h30
Espace Exposition - Marmande

Direction musicale : Philippe MESTRES
Mise en scène : Mireille LARROCHE
Orchestre des SYMPHONISTES D’AQUITAINE
Chœur du Festival : Marie Claire MESTRES
Décors : David MYRIAM Peintre sur sable
Costumes : Maison GROUT - Bordeaux


La Flûte enchantée est une collaboration entre Mozart et la compagnie du Theater auf der Wieden, un nouveau théâtre des faubourgs de Vienne, dirigé par Emanuel Schikaneder. A cette époque est autorisée l’ouverture de théâtres libres dans lesquels sont représentées des œuvres en langue allemande. Cela explique pourquoi, après le succès mitigé de Don Giovanni, des Nozze di Figaro et de Cosi fan tutte, Mozart accepte la proposition de Schikaneder d’écrire une œuvre populaire avec, effets spéciaux et magie, écrite dans une langue intelligible par tous et qui s’adressera à toutes les classes sociales.

La Flûte enchantée créée le 30 septembre 1791, avec Schikaneder en Papageno, sous la direction de Mozart lui-même, est un immense succès. Elle est sans doute le plus populaire des opéras de Mozart.


Le Prince Tamino, menacé par un serpent, est sauvé par trois dames voilées. Arrive l’oiseleur Papageno qui, se prétendant être le sauveur. Celles-ci montrent à Tamino le portrait d’une jeune femme, Pamina, fille de la Reine de la Nuit. Il s’en éprend aussitôt.
La Reine donne pour mission au prince de sauver sa fille, prisonnière de Sarastro, le grand-prêtre d’Isis et Osiris. S’il y parvient, il pourra l’épouser.
Accompagné de Papageno, il se met à la recherche du palais de Sarastro. Pour les aider dans leur combat contre les forces maléfiques, ils reçoivent l’un une flûte enchantée, l’autre des clochettes magiques.
Mais la Reine de la Nuit se révèle être l’incarnation du Mal et Sarastro un gardien du Bien. Tamino doit affronter de nombreuses épreuves – garder le silence, traverser l’eau et le feu – avant d’être initié au culte sacré et de retrouver Pamina.


Mireille Larroche nous donne une lecture joyeuse et colorée de l’ouvrage, comme le grand album d’un conte ouvert à tous.

 

  Yanis BENABDALLAHYanis BENABDALLAH
dans le rôle de Tamino

Yanis Benabdallah est pianiste, chef de chœur et ténor lyrique, français, d’origine marocaine et hongroise. En 2009, il obtient son Prix de supérieur de piano dans la classe de Virginie Pasdeloup au Conservatoire de Suresnes.

Après des études de Musicologie à la Sorbonne, il obtient son Prix de direction en 2011 dans la classe de Valérie Fayet. Formé à la direction d’orchestre par le chef d’orchestre Amine Kouider puis au conservatoire royal de Bruxelles. Il dirige la Messe en si de Bach, des extraits du Requiem de Verdi, le Requiem de Mozart... avec diverses structures notamment le Chœurs et Orchestre Philharmonique Internationale. Actuellement il dirige le chœur Paris 1 de la Sorbonne où il aborde un répertoire très varié essentiellement a capella et contemporain.

En tant que chanteur, Yanis a débuté comme soliste à l’âge de 12 ans dans le Chœur d'Enfants de l'Opéra de Paris avec La Flûte Enchantée (tournée en Italie), et Tosca (à l’Opéra Comique). Après une formation lyrique auprès de Sophie Hervé, il obtient son Prix de chant à l’unanimité au CRR de Paris. Après avoir obtenu en 2006 le Premier Prix de Chant dans le gala "Jeune talent français" à Monaco, il arrive 1er nominé « mention très bien » du concours international de l’UPMCF à Paris de 2010. Actuellement, il se perfectionne à l’Ecole Normale de Musique à Paris auprès de Daniel Ottevear.

Yanis débute en 2007 avec Ange Pitou dans La Fille de Madame Angot au théâtre de Cherbourg. Il interprète ensuite divers rôles Falsacappa dans Les Brigands d’Offenbach, puis Cordiani dans Andrea del Sarto, opéra contemporain de Daniel Lesur, ainsi que le rôle de Néron dans le Couronnement de Poppée. Il vient de faire ses débuts à Budapest au festival «Verdi Wagner», de chanter le rôle de Don Ottavio dans Don Giovanni de Mozart au festival de Chartres...

Sa formation musicale complète ainsi que sa voix puissante et souple lui permettent d’aborder aussi bien l’opéra, le lied et la mélodie que l’oratorio où il se produit régulièrement dans des messes de Mozart notamment avec son Couronnement (dir. M.Piquemal et Denis Rouger) et son Requiem (dir. Y Parmentier et Amine Kouider), dans plusieurs messes de Haydn, le roi David d’Honegger, le Samaritain dans la Cantate Misericordiam de Britten, ainsi que la 9eme symphonie de Beethoven à l’UNESCO sous la direction d’Amine Kouider. Prochainement, il chantera « la petite messe solennelle » de Rossini ainsi que le Requiem de Mozart.

Yanis affectionne particulièrement l’art du récital qui lui permet de mettre en avant toute sa sensibilité musicale en abordant les Dichterliebe de Schumann donné à Miskolc en Hongrie, des mélodies belcantistes (Bellini, Tosti, Rossini) donnés dans plusieurs festivals en France notamment au festival « les Harmonies » présidé par Maciej Pikulski, ainsi qu’au festival de Mayanne. Il se produira très prochainement au festival « Les Alizés » d’Essaouira avec son frère pianiste Marouane Benabdallah, ainsi qu’à l’Académie de Liszt à Budapest en 2015.



Héloïse KOEMPGEN BRAMYHéloïse KOEMPGEN BRAMY
dans le rôle de Pamina
  

Héloïse Koempgen-Bramy, soprano lyrique française commence la musique à l'âge de 5 ans, étudiant le piano, le violoncelle, et le théâtre musical. En 2007, elle suit les cours d'art lyrique de M. Alcantara ainsi que ceux de G. Ravazzi à Gênes et est primée au concours de l'UFAM. Titulaire d'un master de philosophie, elle décide cependant de se consacrer entièrement à l'art lyrique en 2008.Elle multiplie les expériences scéniques au sein de différents théâtres en France et à l'étranger (Valencienne de La veuve joyeuse, Clarina de La cambiale di matrimonio, Papagena et deuxième enfant de Die Zauberflöte, Annina et Flora La Traviata...) notamment au théâtre Mancinelli en Italie.

C'est alors qu'elle travaille avec de grandes personnalités de la musique, comme Dante Mazzola, de la Scala di Milano, Carlo Caputo, du Teatro Regio di Torino, ou encore Federico Santi, de l'opéra de Maastricht.

En 2013, elle obtient à l'unanimité, avec les félicitations du jury, le diplôme supérieur d'exécution d'art lyrique de l'Ecole Normale de musique de Paris, dans la classe de Daniel Ottevaere. Cette même année elle reçoit les premiers prix à l'unanimité des concours de chant de Béziers, Léopold Bellan, des Clés d'or ; le deuxième prix à l'unanimité du concours des amis du Grand théâtre de Bordeaux, le deuxième prix et le prix de la critique du concours Ad honorem Mozart de Prague...

Elle intègre la classe de scène professionnelle de Mireille Laroche (directrice de la Péniche Opéra Paris) et effectue un voyage à Salzburg pour travailler auprès de Tom Krause et Ruggero Raimondi.

Au cours de ses années de formation, elle bénéficie des conseils avisés de musiciens tels que Jeanine Reiss, Irene Kudela, Denis Dubois, Inva Mula, Javier Camarena, Franck Ferrari, Nathalie Manfrino, Elisa Cenni, Ugo Mahieux... Récemment, elle a donné un récital de musique française (mélodie et opéra) et participe à un gala Verdi aux côtés d'Inva Mula à la Salle Cortot Paris. Cet automne elle a donné un récital de mélodies françaises et lieder (Schumann, Strauss) et interprêté des airs de Mozart lors du concert symphonique de la Rentrée musicale du quartier latin ; chanté pour le festival de Pézenas enchantée.

Elle vient d'effectuer en Décembre 2013 une tournée au Mexique dans l'Oratorio de Noël de Bach et dans un programme de musique française. Ses futurs projets incluent notamment des récitals à l'opéra de Massy et au grand théâtre de Bordeaux...



  Odile HEIMBURGEROdile HEIMBURGER
dans le rôle de La Reine de la Nuit

Née à Strasbourg, Odile Heimburger étudie dans un premier temps le violon aux Conservatoires de Strasbourg, Rueil-Malmaison et au Royal College of Music de Londres. C’est là qu’elle prend ses premiers cours de chant et de théâtre. En 2007, elle intègre la prestigieuse Guildhall School of Music and Drama de Londres, dont elle sort deux ans plus tard diplômée d’un Master de chant obtenu avec mention Excellence.

En 2009, Odile remporte le 2e prix catégorie Opéra du Concours International de Chant de Canari sous la présidence de Gabriel Bacquier, un premier prix de chant décerné à l’unanimité au Conservatoire Régional de Nice, le premier prix du Concours d’Opérette de Marseille, et une mention Très Bien au Concours d’Honneur de l’Union des Maitres et Professeurs du Chant Français en mars et avril 2012.

Sur scène, la soprane fait ses débuts dans le rôle de la Reine de la Nuit (Die Zauberflöte , Mozart) au cloître Saint-Nazaire de Béziers en août 2011. En décembre 2012, elle reprend le rôle à Paris et chante également le rôle de Rési dans « Les Valses de Vienne « de J.Strauss au Théâtre de L’Odéon à Marseille. Enfin, Odile est soliste dans plusieurs œuvres sacrées dont la Messe en ut mineur ainsi que les Vêpres Solennelles de Mozart , les Requiems de Mozart, et Brahms.

En 2013, la jeune chanteuse continue de se diversifier, et interprète Morgana d’Alcina de Handel, la poupée Olympia des Contes d’Hoffmann de J.Offenbach.. rôle qu'elle reprend avec le rôle de la reine de la nuit en 2014 à Londres. Odile perfectionne également ses dons de comédienne et a travaillé à la Haute Ecole de Théâtre de Suisse Romande avec le metteur en scène Jean-François Sivadier. Elle a également suivi les masterclasses de Kurt Moll, Edith Mathis, Yvonne Kenny, Sarah Walker.. Elle est finaliste du Concours Bellini 2013 (Paris) en octobre sous la présidence d'Alain Lanceron.



Anas SEGUINAnas SEGUIN
dans le rôle de Papageno

Lauréat de plusieurs Concours Lyriques, Anas Seguin commence par le piano à l’âge de 4 ans et demi. Vers l’âge de 7 ans, il commence la Trompette et le Chant, et après une dizaine d’années d’études au sein du CRR de Paris, il décide de se consacrer au Chant dans la classe de Sophie Hervé au conservatoire du 18ème arrondissement de Paris. Quelques mois plus tard il est admis au CNSMDP 1er nommé dans la classe de Malcom Walker et sera Lauréat au concours des Amitiés Lyriques au sein du CNSM.

Anas va également faire ses débuts sur les planches dans le Festival du Futur composé au théâtre Sylvia Montfort, dans «Les noces de sang de Carmen et Don Juan», il incarnera Figaro, et chantera en soliste dans la Missa Di Gloria de Donizetti et dans le Requiem de Mozart. En septembre 2012 il obtient un année sabbatique au sein du CNSM et retourne dans la classe de Sophie Hervé en cycle spécialisé. Il intègre l’ensemble Aedes dirigé par Mathieu Romano et participera à deux représentations des Contes d’Hoffmann, Salle Pleyel.

En Juin 2013 Il participe au concours international de chant lyrique en Arles et obtient un 2ème Prix dans la catégorie Opéra. Il obtient également son DEM avec les félicitations du Jury. Quelques mois plus tard, au concours international de Chant lyrique en Marmandais, il reçoit un 1er Prix dans la catégorie Mélodie. L’année précédente à ce même concours il avait reçu un prix spécial de la Fondation Orfeo. Il sera invité à Amsterdam pour suivre des Masters Classe avec Hans Nieuwenhuis et Richard Harrell.

En décembre 2013 au concours de l’UPMCF dans la catégorie excellence, il obtient le Prix de l’U.P.M.C.F. ainsi que le Prix “Jeune Espoir” du C.F.P.L. et le Prix de l'Association Edward Marshall. Il travaille avec de grands professionnels tels que Anne le Bozec, Catherine Daiprès, Catherine Simon-Pietri, Billy Eidi. Et chantera très prochainement au Petit Palais en récital.

 

  Xiaohan ZHAIXiaohan ZHAI
dans le rôle de Sarastro

Xiaohan Zhaï est né en 1986 à Kaifeng dans la province chinoise de Henan. Xiaohan Zhaï quitte la Chine pour l'Europe et va se perfectionner en France à l'École Normale de Musique de Paris, dans la classe de Peggy Bouveret.

Il interprète alors la partie Baryton Basse de la Messe en si bémol de Schubert à l'Opéra de Massy. En avril 2011, Xiaohan Zhaï remporte le 2ème prix à l’unanimité du Concours des Clés d’Or et réussit le Concours de chant de 6ème niveau à l'École Normale de Musique de Paris. En avril 2012 il a obtenu le diplôme supérieur de concertiste à l’Ecole Normale de Musique de Paris et remporte le 3ème prix au concours FLAME.

Il interprète la partie basse de la Messe de Handel à l’opéra de Massy. Xiaohan Zhaï présente ensuite le Concours d'Entrée au CNIPAL où il est Pensionnaire pour la saison 2012-2013.

En août 2013, il interprète Leporello dans Don Giovanni de Mozart dans le cadre du Festival Saint-Céré et remporte le grand prix et le prix du public au Concours International de Chant de Marmande ainsi que le premier prix au Concours International de Canari.

Louise PINGEOTLouise PINGEOT
dans le rôle de La Première Dame

Louise Pingeot est diplômée de l'ENMP et du CRR de Paris. Au cours de sa formation, elle interprète ses premiers rôles dont Inès dans les Bavards d'Offenbach produit par Musicaleo ainsi que Clémence et la Voix Céleste dans Mireille de Gounod dirigé par Olivier Holt.

En 2012, elle est engagée à l’Opéra de Massy dans Le Messie de Handel dirigé par Dominique Rouits et au Festival de Belle-Ile-en Mer, dans le rôle de Clorinda dans la Cenerentola de Rossini et en 2013 dans le rôle de Frasquita dans Carmen de Bizet dirigés par Philip Walsh. En 2014, elle chante dans les "Dimanches d'Offenbach" à la Péniche Opéra et est engagée pour le rôle d'Anna Gomez dans The Consul de Menotti dirigé par Iñaki Encina Oyon avec l'orchestre Pasdeloup au Théâtre de Herblay et à l'Athénée Louis-Jouvet à Paris.

Elle se produit également dans des récitals avec quatuor à cordes (Hermaque), guitare (duo "À Huit Cordes") et piano notamment au Cercle de l’Union Interallié avec Jay Gottlieb, au Festival Les Nuits d’Été de Corté en Corse, au Festival de Pezenas et prochainement à l'Opéra de Bordeaux (saison 2014/2015).

Elle reçoit le 3ème Prix à l'unanimité au Concours National de Béziers et le 1er Prix à l’unanimité au Concours des Amis de l’Opéra de Bordeaux.

 

  Eléonore PANCRAZIEléonore PANCRAZI
dans le rôle de la Deuxième Dame

Eléonore Pancrazi commence ses études de chant au Conservatoire d’Ajaccio avant de les poursuivre au Conservatoire Francis Poulenc de Paris dans la classe de Pierre Catala et à l’Ecole Normale de Musique de Paris dans les classes d’Isabel Garcisanz pour le chant et Mireille Larroche pour la scène. Elle y obtient un Diplôme Supérieur de Concertiste et un DEM des Conservatoires.

Elle débute sur scène en participant au Festival des Nuits d’été de Corté dans différentes productions (Don Giovanni de Mozart (Zerlina), Le Barbier de Séville (Berta), ou La Flûte Enchantée de Mozart (Papagena). En 2012, elle intègre l’académie de jeunes chanteurs du Festival d’Aix en Provence dans la Résidence de Mélodie française encadrée par François Leroux et Jeff Cohen, et se produit avec l’orchestre de l’Opéra de Massy dans une série de concerts. La même année, elle obtient un 3ème prix au concours de chant de Béziers. En 2013, elle chante le rôle titre de Carmen au Yomiuri Hall de Tokyo, sous la direction de Takénori Nemoto, elle collabore, en tant qu’alto solo, avec l’orchestre de l’Opéra de Massy dans le Gloria de Vivaldi et reprend le rôle de Chérubin dans les Noces de Figaro de Mozart (direction Constantin Rouits). Elle est, lauréate des concours de chant de Bordeaux (3ème prix) et Marmande (2ème prix en mélodie française et 4ème prix en opéra).

En 2014, elle crée la partie d’alto solo dans le Requiem d’Hélène Rasquier compositrice contemporaine, obtient un 1er prix opérette au concours de Béziers et intègre l’Opéra Studio de l’Opéra de Lyon. Elle y reprend le rôle de Jody dans l’opéra Jeremy Fischer d’Isabelle Aboulker et se perfectionne auprès de Jean-Paul Fouchécourt. Eléonore Pancrazi se produit également en récital et en concerts, (salle Cortot ou dans différents festivals comme Musica Nigella ou St Rémy de Provence), et participe régulièrement à des masterclass avec différentes personnalités du monde musical comme Susan McCulloch, Felicity Lott, Inva Mula ou Jeannine Reiss.

Dans ses projets : elle intégrera à la rentrée 2014/2015 l’Académie de jeunes chanteurs de l’Opéra Comique. Elle sera doublure d’Orlofsky dans la Chauve-souris de Strauss sous la direction de Marc Minkowski et doublure de Louise dans les Mousquetaires au couvent de Varney mis en scène par Jérôme Deschamps.

Alicia HATÉAlicia HATÉ
dans le rôle de la Troisième Dame

Alicia débute ses études vocales au Conservatoire d’Orléans auprès de Sharon Coste et Bernadette Mercier. Elle obtient un prix de musique de chambre à l’unanimité avec les félicitations du jury en 2009 au CRR de Cergy Pontoise. Cette même année, elle intègre la classe de Fusako Kondo au CRR de Paris où elle obtient son prix de chant en 2011 et son diplôme de concertiste en 2013 à l’unanimité avec les félicitations du jury. Depuis 2012, elle se perfectionne auprès de Mireille Larroche (travail scénique) et Nina Uhari (étude de rôle) à l’école normale de musique Cortot.

En 2013, elle obtient le Prix du public au 10ème Concours des Amis du Grand Théâtre de Bordeaux, le Prix d’Honneur au Concours Bellan... Elle participe à différentes Masterclass avec Anne Grappotte, François Le Roux, Patrick Cohen-Akenine, David Selig, Michel Vershaeve, et avec Florian Laconi dans le cadre des Envolées Lyriques 2012.

Elle travaille sous la direction de Pierre-Michel Durand, Xavier Delette, Andrée-Claude Brayer, Pierre-Alain Biget, Christine Morel, Pierre Dumoussaud... dans différentes productions telles que «Les Noces de Figaro» de Mozart (Marcellina et Cherubino), «Suor Angelica» de Puccini (La Zia Principessa), «L’Enfant et les sortilèges» de Ravel (La Mère et la Tasse), «Phiphi» de Christiné, «Le Roi David» de Honegger, ... Elle se produit comme soliste dans les «Liebeslieder» de Brahms à la salle Pleyel, dans la cantate n°5 de Bacri à l’église Saint-Gervais et dans des programmes de choeurs à la Sainte Chapelle à Paris. Elle crée «Comme la peinture de Wang Wei» de Tôn-Thât Tiêt à l’occasion du Concert Hommage à Joël Garnier.

En 2012, La Fondation Royaumont a retenu Alicia en résidence de travail pour la création de «Caïn, Illustration d'un conflit par le mélange des genres» conçu et mis en scène de Perrine Mornay. Alicia aspire à démocratiser la musique classique. Elle initie le collectif d’artistes «Dépoussiérons Les Partitions» qui propose des spectacles de qualité à différents publics, et participe dans ce cadre à divers festivals, tel que «Les Croqueurs de Pavés», «Boutons d’Art», «Parcours et Jardins» et «Festival de Travers».

  Frank T’HEZANFrank T’HEZAN
dans le rôle de Monostatos & l’Officiant

Il a effectué ses études musicales au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en classes de chant et opérette. Il est lauréat dans ces deux disciplines. Lors du Concours International de Chant Jacques Offenbach 1992, il remporte le prix de L’Événement du Jeudi qui lui est décerné par Jean François Kahn. Il obtient le premier prix au Concours International de Chant de Marmande 1994. Très vite, il se distingue comme un interprète privilégié de la musique d’Offenbach et il chante dans de nombreux ouvrages. Il a abordé ensuite la musique de Kurt Weill et il était Jimmy Mahonney dans Mahagonny à la Péniche Opéra et Lindbergh dans Der Lindberghflug à l’aéroport du Bourget dans le cadre du Festival Banlieue Bleue.

Sa double formation de chanteur et de comédien l’a conduit tout naturellement au sein de la Compagnie Fracasse, dans Le Capitaine Fracasse, et dans Christophe Colomb de Louis Dunoyer de Segonzac et Jean Marie Lecoq qui obtint le MOLIERE 1991 du Spectacle Musical. Au sein de cette compagnie, il tenait le rôle du Roi Ouf dans L’Etoile de Chabrier à la Comédie de Picardie d’Amiens.

Il se produit dans divers Festivals (Evian, Saint Denis, Festival de la Cité de Lausanne...) également au Théâtre Impérial de Compiègne, dans trois spectacles de Pierre Jourdan : Come Back Offenbach, J’aime le Music-Hall et La Périchole. En 1997, il tient le rôle du Brésilien dans La Vie Parisienne d’Offenbach au PALAIS OMNISPORTS de PARIS BERCY dans une mise en scène de Roger Louret. Il crée à bord de La Péniche Opéra, à Paris une pièce musicale dont il est l’auteur : Toc et Mat (musique : J.C. Keck ). Repris à Toulouse, à l’espace St Cyprien et au Théâtre des 5 Diamants à Paris. Avec le groupe LA TROISIEME LIGNE, pendant deux ans, il participe en tant qu’auteur et chanteur humoriste à l’émission hebdomadaire de Philippe Bouvard sur FRANCE 3 : Bouvard du Rire. Nous avons pu également l’écouter à l’Opéra Royal de Wallonie de Liège, à l’Opéra de Montpellier et à l’Opéra d’Avignon, à l’Opéra de Metz, au Théâtre du Capitole de Toulouse, à L’Opéra de Monte Carlo, sur la scène de l’Opéra Comique, à Washington, à l’Opéra House du Kennedy Center et au grand Théâtre de Shanghai en Chine, ... Frank T’Hézan a mis en scène plusieurs pièces d’Offenbach dans le cadre du Festival des Châteaux de Bruniquel. Lors du tournage du film Les Brigades du Tigre, le réalisateur Jérôme Cornuau fait appel à lui pour mettre en scène plusieurs séquences d’Ivan le Terrible de Rimsky Korsakov à l’Opéra de Vichy.

Il jouera le rôle de Maxime de Saint Maixant dans "A la Jamaïque" de Lopez, au Théâtre de l'Odéon de Marseille. Sur la Péniche Opéra, il tiendra le rôle de Brisefer dans l'île des Fous de Duni sous la direction de Jérôme Corréas, et sur la même scène, on le verra dans le Financier et le Savetier et Croquefer d'Offenbach présentés par Jean-Christophe Keck. Il prépare une nouvelle mise en scène de Mesdames de la Halle d'Offenbach pour le 18ème festival des Châteaux de Bruniquel.

Jennifer COURCIERJennifer COURCIER
dans le rôle de Papagena

Jennifer Courcier commence la danse classique au conservatoire de Suresnes en 1995, ainsi que des études de harpe qu’elle poursuit durant toute son adolescence. En 1998, elle entre à la Maîtrise des Hauts-de-Seine. C’est au sein de cette chorale, qui est le choeur d’enfant de l’Opéra de Paris, qu’elle découvre l’univers de la scène et du chant et y fait ses preuves : Elle joue dans des opéras à l’Opéra Bastille en tant qu’enfant choriste (La Bohème de Puccini, L’Enfant et les sortilèges de Ravel, La Damnation de Faust de Berlioz ...) puis en tant que soliste, dans différentes salles françaises telles que le Capitole de Toulouse ou l’Opéra de Strasbourg (La Flûte Enchantée de Mozart, Yniold dans Pelléas et Mélisande de Debussy, Flora dans Le Tour d’Ecrou de Britten, Bastienne dans Le petit roi du temple, une adaptation de Bastien Bastienne de Mozart). En 2008, elle interprète la Seconde Dame dans Didon et Enée de Purcell lors d’une tournée en Inde et dans différentes villes françaises et en 2009 elle joue Lisette dans Le Petit Faust d’Hervé qui passera sur Mezzo en décembre de la même année.

Depuis 3 ans elle suit des cours au conservatoire de Valenciennes dans la classe de chant de la basse Daniel Ottevaere. En 2011 et 2012, elle a participé à plusieurs productions (Abra dans Judith Triomphante) et concerts et a notamment présenté en récital en septembre 2012 les Melodias de la Melancholia de Nicolas Bacri lors du festival Notes d’Ecumes dont le compositeur était le parrain. En 2013, elle est Constance dans Dialogues des Carmélites de Poulenc et Gabrielle dans La Vie Parisienne d’Offenbach. En septembre/novembre, elle participera au programme des Arts florissants juniors.

Elle intègre en septembre 2013 le CNIPAL pour une durée de 10 mois grâce au prix CNIPAL qu’elle remporte au concours de chant international de Marmande en août 2013. En 2014, elle chante Minerve dans Orphée aux Enfers d’Offenbach à l’Opéra de Marseille, Papagena dans la Flûte enchantée à Marmande et au printemps elle sera Fiordilligi dans la création Cosi Fanciulli de Nicolas Bacri avec Opéra Fuoco.

Jennifer se passionne aussi pour le théâtre. Après trois ans de cours au conservatoire de Suresnes, elle monte un spectacle en 2006 à Versailles, puis participe à deux spectacles en tant que comédienne Les Justes de Camus et La visite de la vieille dame de Dürrenmatt qui seront donnés au théâtre La Comédie de Reims en 2008 et 2009.

   


<<< Retour

PELLEAS ET MELISANDE
Le chant des aveugles


Film documentaire de Philippe BEZIAT

Dimanche 24 août - 18h30
Cinéma Plaza – Marmande

Avec Olivier Py & Marc Minkowski

France - 2008 - 1h48min


Pelléas et Mélisande, créé à Paris en 1902, n'avait jamais été représenté en Russie. En juin 2007, le metteur en scène Olivier Py et le chef d'orchestre Marc Minkowski créent à Moscou l'opéra de Claude Debussy dans une distribution franco-russe. Le film de Philippe Béziat témoigne de leur travail et de leur fascination pour cette oeuvre.

Pelléas et Mélisande est un envoûtement. La musique de Debussy, les mots de Maeterlinck, les personnages à la frontière de l’irréel, tout le contenu et les contours de l’œuvre participent de cette sensation de charme, presque d’ensorcellement. En filmant les répétitions à Moscou de l’unique opéra du compositeur français, Philippe Béziat réalise une très grande œuvre cinématographique. Parce qu’elle aborde mille questions en un film, qu’elle est une esthétique de la musique et de la création, une réflexion sur les processus artistiques et un ravissement sensoriel.

Son film prend pour objet les répétitions de l’opéra de Debussy à Moscou. À la mise en scène, le génial Olivier Py. À la direction musicale, l’immense Marc Minkowski. Et, sur scène, chanteurs français et russes se côtoient. Voilà l’un des principaux thèmes du film : la rencontre entre deux cultures. Car au-delà de l’espace clos du théâtre, le réalisateur s’est intéressé à ceux qui y pénètrent pour aborder une œuvre très singulière.

La magie de Pelléas et Mélisande opère. Elle transpire dans les propos de cette flûtiste, pour qui « dès les premières mesures, la vie quotidienne s’efface, on est dans le monde du rêve, du conte », ou encore dans le souvenir de cette musicienne âgée qui découvre Debussy avec le même sentiment que lorsqu’elle a découvert les impressionnistes lors d’une exposition pendant la période du rideau de fer.

Le tour de force de Philippe Béziat est d’avoir su convoquer les mots et la musique, le documentaire et la fiction, l’esthétique et l’explication, pour réaliser une œuvre totale : un opéra, pour se souvenir de l’étymologie italienne. Sans compter l’émotion d’avoir réalisé le rêve auquel Debussy n’a pas pu accéder mais qu’il souhaitait de toutes ses forces : monter Pelléas et Mélisande en Russie

 

pelleas et melisande

pelleas et melisande

     
     


<<< Retour

LES CLOCHES DE CORNEVILLE

Opérette en deux actes & 3 tableaux
Musique de Robert PLANQUETTE
Livret de Louis Clairville et Charles Gabet

Samedi 14 Décembre - 20h30
Espace Exposition - Marmande

Direction musicale : Philippe MESTRES
Mise en scène : Michèle HERBE
Orchestre des SYMPHONISTES D’AQUITAINE
Chœur du Festival : Marie Claire MESTRES


Depuis 1877, cette opérette a entamé une carrière internationale qui l’a imposé sur les scènes du monde entier. Elle fait partie des joyaux de ce genre si français, apprécié d’un très large public, genre qui possède ses lettres de noblesse et une place spécifique dans notre culture nationale. Le charme et la jeunesse de cette grande opérette "opèrent" toujours avec son cocktail de légèreté, d’humour, de bonne humeur et de joie de vivre.


En Normandie, à la fin du XVIIème siècle, le marquis de Corneville doit s'expatrier avec son petit-fils Henri. En partant, il confie sa fortune et son domaine à son fermier Gaspard. Au fil des ans, ce dernier finit par considérer comme siens, les biens et l’or de ses maîtres, et pour ne pas éveiller les curiosités, il laisse croire que le château de Corneville est hanté par ses anciens châtelains.
À la même époque, un certain comte de Lucenay, autre noble de la région, fuit également la France en confiant sa fille Germaine à ce même Gaspard qui la fait passer pour sa nièce.
Enfin, le fermier qui, décidément, se prépare à devenir le personnage incontournable de la pièce, recueille dans un champ de serpolets un bébé qu’il prénomme... Serpolette et qui deviendra plus tard sa servante. La prudence étant mère de sûreté, Gaspard subtilise la page du registre du bailliage où sont inscrites les naissances de Germaine et Serpolette.
L’action débute quelque vingt ans plus tard, à la fin du règne de Louis XIV.

 

  Aurelie LoilierAurélie LOILIER
dans le rôle de Germaine

Après des études de chant et de piano, Aurélie Loilier se produit sur les scènes françaises et européennes, mais aussi à Moscou, à Shanghaï, au Moyen-Orient (Koweït et Bahreïn), dans les pays baltes…

Elle a interprété les rôles d’Adina et Gianetta dans  L’Elisir d’amore de Donizetti, Musetta dans La Bohème de Puccini, Flora dans la Traviata de Verdi, Monica dans le Medium de Menotti,  ainsi que plusieurs rôles mozartiens : Despina dans Cosi fan tutte, Serpetta dans La Finta Giardiniera ou encore Susanna dans Le Nozze di Figaro. On a aussi pu l’entendre dans le répertoire français dans des opéras de Boieldieu ou des opérettes d’Offenbach La Fille du Tambour-Major, Pomme d’Api…), Sylvabelle dans L’Auberge du cheval blanc de Benatzky.

Elle se produit aussi très régulièrement en récital, avec piano ou orchestre et chante également le répertoire sacré (Requiem de Mozart, Stabat mater et Salve Regina de Pergolesi, Passions de Bach, Gloria de Vivaldi…).

Elle est régulièrement invitée par Eve Ruggieri pour chanter, entre autres, lors des festivals de Chartres et d’Antibes ou encore dans Carmen de Bizet en tournée dans les Zéniths de France en 2012 dans le rôle de Frasquita.

Patricia SamuelPatricia SAMUEL
dans le rôle de Serpolette
  

Après des études de violon, danse, théâtre et une maîtrise de philosophie à la Sorbonne-Paris1, Patricia Samuel se consacre à l'art lyrique, obtient plusieurs prix : 1er Prix de Chant de la Ville de Paris, Médaille d'Or en Art Lyrique…et se perfectionne aux USA avec J. Dornemann et D. Ferro et en France avec I. Garcisans et J.P. Blivet. Elle est également diplômée d'un Master Il en "Art du Récital» à la Sorbonne-Paris 3.

Elle se distingue dans les rôles d'Opéra Comique et opérette princesse Mi dans Le Pays du Sourire, Cri Cri dans Le Chanteur de Mexico, Les Mousquetaires au Couvent, L'Auberge du Cheval Blanc Théâtre du Capitole de Toulouse... puis des rôles très lyriques comme Béatrice dans Coup de Roulis (Opéra de Toulon) ; Eurydice dans Orphée aux Enfers, Jeannette dans Les Noces de Jeannette ; Yum Yum dans Le Mikado (Opéra de Rennes, Opéra d'Avignon) …

Jérôme Savary lui confie le rôle de Gabrielle dans La Vie Parisienne de J. Offenbach pour plus de 250 représentations à l'Opéra Comique de Paris, et en tournée internationale puis, celui de Nadia dans La Veuve Joyeuse de F. Lehar, toujours à l'Opéra Comique. Elle se produit en concert et donne également des récitals de mélodies. En 2007, elle interprète à nouveau Gabrielle dans La Vie Parisienne à l'Opéra Royal de Wallonie, Belgique. En 2008 elle chante la Messe en Mi de Schubert avec l'Orchestre de la Suisse Romande puis Esther de Lidarti au Victoria Hall de Genève.

Elle crée sa première mise en scène : Les Noces de Jeannette de V. Massé au Festival de Lamalou les Bains, opéra comique adapté en Opéra-Ballet.

En 2009 elle chante Gabrielle de l'Estange dans Les Cents Vierges de Ch. Lecoq à Lyon puis interprète Stefano dans Roméo et Juliette de Gounod à l'Opéra de Limoges. 201l : premier rôle dans une nouvelle création contemporaine lyrique TYO de François Bou. Elle est invitée dans l'émission de Alain Duault sur Offenbach, France 3.
2012 : elle jouera et chantera Mme Bezuquet dans Tartarin de Tarascon avec Michel Galabru et J.C..Dreyfus dans l'adaptation de J. Savary pour une production de France 2.

 

  Patrice BergerPatrice BERGER
dans le rôle du Marquis

Après des études et une carrière instrumentales (Médaille d’or du CNR de Dijon et 1er prix du CNSM de Paris en tuba), Patrice Berger entame avec succès une carrière d’artiste lyrique en France, son pays d’origine, où il remporte à l’unanimité le Concours de Béziers en 1994. Il débute sur scène avec les rôles de Valentin (Faust) et Hérode (Hérodiade).

Dès 2002, il se produit également sur les scènes internationales, notamment en Italie (Rome, Brescia, Reggio di Calabria, Cosenza), en Belgique, aux Pays-Bas, en Asie (New Dehli et Mumbai), ainsi qu’aux Etats-Unis (New-York, Palm Beach), interprétant entre autres les rôles d’Athanaël (Thaïs), Escamillo (Carmen), Valentin (Faust), Hérode (Hérodiade), Zurga (Les Pêcheurs de Perles), les quatre diables des Contes d’Hoffmann, Figaro (Le Barbier de Séville), Schön (Lulu), Tomski (La Dame de Pique), Mustapha (L’Italienne à Alger), Renato (Un Ballo in Maschera), Scarpia (Tosca), Germont (La Traviata), ainsi que les rôles titres de Don Giovanni, Macbeth, Rigoletto, Nabucco et Falstaff.

En 2005, Patrice Berger a participé à la création européenne de La Neige en Août, opéra du compositeur chinois contemporain Shu Ya, à l’opéra de Marseille.

En 2009, il est Capulet (Roméo et Juliette) à Limoges, se produit à Marseille dans Jenufa de Janacek, chante aux côtés de Julia Miguenes dans un spectacle équestre autour de Carmen à Lyon, et tient le rôle d’Hamlet à Metz.

Salué par la critique et le public, qui louent sa présence scénique et sa musicalité, Patrice Berger est régulièrement invité à se produire en Italie et en France. 2010 et 2011 le voit ainsi reprendre les rôles de Zurga, Germont, Nabucco et Don Giovanni. En Mars 2012, il sera Rigoletto à Lyon.

Senechal StephaneStéphane SENECHAL
dans le rôle de Grenicheux

Stéphane Sénéchal (Anciennement Malbec Garcia) mène de front des études d'Histoire-Géographie  et de Sciences Politiques ainsi que la pratique du piano et du chant lyrique. Il est reçu au Conservatoire de Bordeaux en 2000 , avant de se perfectionner à Paris auprès de Jocelyne Taillon puis de Michel Sénéchal (Son père adoptif et Maître). Le ténor remporte plusieurs prix nationaux et internationaux dont le 1er prix des Jeunes Solistes Européens en 2002  avant d’être sélectionné comme boursier au cercle lyrique français Richard Wagner, qui lui permet de se produire en récital à Bayreuth.

Grâce à sa qualité vocale et scénique, il commence avec l'Opérette dans de nombreux théâtres et Opéras (Bordeaux,Toulon, Metz, Dijon, Opera Royal de Liège, Opera de Marseille...) en incarnant des rôles d’une grande variété dans de nombreux théâtres français, parmi lesquels Pâris dans La belle Hélène, Gardefeu dans La Vie Parisienne, Piquillo dans La Perichole, Aristée-Pluton dans Orphée aux enfers, Soushong dans le Pays du Sourire, Grenicheux dans les Cloches de Corneville, Camille dans la Veuve Joyeuse etc…

Ses débuts très remarqués font qu'il se produit très vite dans l'Opera dans L'Oie du Caire (Fabrice) à l'Opera Comique, Les Pêcheurs de Perles (Nadir) et Così fan tutte et Falstaff  de Verdi (Fenton) au festival de Saint-Céré, à l'Opera de Dijon et à l'Opera de Toulon, où il incarne aussi Don Ottavio dans Don Giovanni et Belmonte (Die Entführung aus dem Serail). Il s’illustre également dans de prestigieux festivals européens où il fut un Coelio (Les Caprices de Marianne)  de Sauguet et un Nadir (Les Pêcheurs de Perles) remarquable. En Novembre 2012 il est Le Comte du Barbier de Séville de Rossini dans l'originale version de Beaumarchais pour le texte, pour la réouverture du théâtre de l'Odeon de  Marseille.

Ses projets l'oriente vers des rôles de ténor lyrique tel Oronte, I Lombardi au Théâtre et Festival lyrique d'Erfurt, Roméo et Juliette, au Lycée Français d'Istanbul, un récital sur "Les Grands classiques Français" (Gretry, Glück, Cherubini) en tournée aux Etats-Unis, Dialogue des Carmélites dans le cadre de la saison Franco-russe de Saint-Pétersbourg, Otello (Cassio) de Verdi au Teatro di San Carlo de Naples et à l'Opéra de Gênes...
Il est aussi membre fondateur et directeur artistique de l'Association "L'Art du chant Français" sous le haut parrainage de Michel Sénéchal et Le Maître Georges Prêtre, en vue de la promotion du patrimoine lyrique français en partenariat avec l'Alliance Francophone et l'association Classic lyrical Art dirigée par Glenn Morton et assurant la valorisation et promotion du répertoire français avec les prestigieuses écoles de la Mannhattan, Mannes et Juliard School de New York.

  Maltere BernardBernard MALTERE
dans le rôle de Gaspard

Chanteur débutant dans la troupe du Grand Théâtre de Dijon, Bernard Maltère a ensuite participé à de grandes productions lyriques au Théâtre du Châtelet, à l'Opéra Garnier, à la Salle Favart (Opéras ou Opérettes) et à l'ouverture de l'Opéra Bastille dans "Les Troyens" en 1990. Son goût pour la comédie le conduit vers l'Opérette où il rencontre avec plus de soixante rôles, tous les styles dramatiques ou burlesques : le Baron de "La Vie Parisienne", le Vice Roi de "La Périchole", Calchas dans "La Belle Hélène" etc... En 2011, il réalise sa première mise en scène avec "Valses de Vienne" sur la scène nationale du Théâtre de Cherbourg, suivront "La Mascotte" et autres "Princesse Czardas".

Aussi à l'aise, avec sa voix de baryton-basse, en opéra qu'en opérette, il est souvent sollicité pour tenir la partie soliste dans des oeuvres religieuses, oratorios ou Mystères moyenâgeux ; Il réalise et interprète également des spectacles "évocations", unissant musique, histoire et poésie (Frédéric Chopin, Madame Dubarry, Paul Fort).

Il est passionné par l'écriture de spectacles réunissant toutes les disciplines de conservatoires de musique de la région parisienne (92 et 93). Un de ses meilleurs souvenirs : une Schubertiade imaginaire " Bon anniversaire Franz"  d'après l'opérette "Chanson d'amour".

Maintenant, il joue aussi Feydeau, Shakespeare, Kalisky, Labiche ; En 2012 il est Edmond de Goncourt au TNO à  Paris, dans "L'ombre de Wilde" pièce d'une jeune "auteure" Lou Ferreira.

Gortari PhilippePhilippe GORTARI
dans le rôle du Bailli

Après des études musicales en région parisienne, couronnées de plusieurs prix de Chant et d'Art Lyrique, Philippe Gortari débute à l'Atelier Lyrique de Tourcoing sous la direction de Jean Claude Malgoire. Peu après il se produit à Paris dans plusieurs ouvrages de Mozart, Rossini et également commence à se produire dans des Opérettes dont "La poule noire» de Manuel Rosenthal et en présence du compositeur, il effectue une tournée pour les Jeunesses  Musicales de France avec "Le Café Rossini». Son tempérament et son amour de la scène se partagent entre l'Opéra, le théâtre Musical et L'Opérette.

Il crée un Opéra contemporain de Jean Marie Curti directeur de l'Opéra studio de Genève "Candide" où il interprète 5 personnages différents... il est également Bardolphe dans "Falstaff" de Verdi et la même année Hadji de Lakmé à Saint Etienne aux cotés de Natalie Dessay. Philippe Gortari a également fait partie de la Compagnie Fracasse avec laquelle il interprète Scapin dans "Le Capitaine Fracasse» sous chapiteau.... De nombreux rôles d'Offenbach sont à son répertoire et il participe depuis 2001 au Festival des Châteaux de Bruniquel consacré au compositeur sous la direction musicale de Jean Christophe Keck...

A l'Opéra il incarne les rôles de ténor de caractère comme Monostatos de "La Flûte Enchantée" de Mozart, qu'il reprendra en mai 2010. Pedrillo dans "L'enlévement au Sérail", le Dancaïre dans Carmen, Spalanzzani et Frantz dans "Les Contes d'Hoffmann"....

En 2004 il crée son spectacle "Même les ténors ont une âme" à Bruniquel, spectacle écrit et mis en scène par Jean Claude Hemmerlin qui a été donné en 2005 à Monaco en 2007 à Limoges, 3 mois à Paris et dernièrement au festival Lyrique de Vonnas en septembre 2009... Le Festival de Lamalou fait également parti des étapes estivales et hivernales de Philippe Gortari... on a pu le voir dans "La Flûte Enchantée» de Mozart, "Mesdames de la Halle" et "Pomme d'Api" d'Offenbach... cette année il y reprend notamment le rôle d'Orphée dans "Orphée aux Enfers" d'Offenbach qu'il a déjà interprété sur de nombreuses scènes... Il prépare également un nouveau spectacle où il sera seul en scène, spectacle écrit par Jean Claude Hemmerlin, qui sera crée dans les prochains mois...


 

  

"A LA DECOUVERTE DU MONDE LYRIQUE"
Projet pédagogique (1er trimestre scolaire) :

Le public scolaire (écoles de Val de Garonne Agglomération) est impliqué dans un projet pédagogique où il découvrira le monde lyrique à travers les différentes étapes de construction et de répétition des "Cloches de Corneville", Opéra comique de Planquette.

Contenu pédagogique :

  • Rencontre avec le chef d’orchestre, le metteur en scène et les artistes.
  • Présence aux différentes répétitions (orchestre, musicale, théâtre).
  • Invitation à la générale.

<<< Retour